Le guide de votre bien-être à domicile

Phytothérapie

Actualités

La Verveine : l’herbe sacrée aux milles bienfaits

La Verveine est une plante verte connue aussi sous le nom d’herbe sacrée, herbe aux sorciers ou herbe aux enchantements. Originaire d’Amérique du sud, du nord et de l’Europe, la verveine a de multiples vertus sur la santé. Il existe plusieurs sortes de verveine comme la verveine officinale, la verveine sauvage ou encore la verveine commune. Toutefois, il ne faut pas confondre la verveine officinale avec la verveine citronnelle. Cette dernière s’utilise dans le traitement des personnes dépressives, sujettes aux stress et à l’anxiété. Elle a également des effets positifs sur les troubles digestifs ou gastro-intestinaux et est disponible sur le marché sous forme de tisane. Quant à la verveine officinale, elle réduit les symptômes de certaines inflammations.

Cette petite plante a aussi des effets relaxants pour oublier la fatigue ou diminuer les crampes. Elle traite les aphtes et certaines infections de la bouche. Si vous avez des règles irrégulières, elle a une action salutaire et favorise l’appétit. Véritable trésor de la nature, la verveine soulage les douleurs du rhumatisme et évite l’anxiété et les vertiges. Utilisée en tisane, la verveine améliore la qualité du sommeil si vous la buviez le soir avant de dormir. L’huile essentielle de verveine est appliquée en massage aussi car elle a un effet décontractant.

Actuellement, il n’y a pas de prescription médicale qui détermine la posologie et le mode d’administration de la verveine mais souvent les utilisateurs optent 1 gélule avec un verre d’eau dans la journée au moment du repas ou bien 1 à 2 cuillères à café de feuilles de verveine dans une tasse d’eau chaude après le repas ou bien 2 à 6 gouttes d’huile essentielle, 2 fois par jour dans 250 ml d’eau chaude. Cependant, il faut noter que la verveine est déconseillée chez les personnes souffrant d’insuffisance hépatique ou prenant des médicaments métabolisés par les enzymes hépatiques, les personnes ayant des difficultés de coagulation, présentant une faible pression sanguine ou sous traitement contre l’hypertension artérielle et enfin les personnes anémiques ou qui présentent des troubles neurologiques ou gastro-intestinaux.