Le guide de votre bien-être à domicile

Phytothérapie

Phytothérapie et précautions d'emploi

romarin

© lfstewart - Fotolia.com

Vendus librement par le pharmacien ou l'herboriste, les produits de phytothérapie ne sont pas pour autant sans danger. Effets secondaires, interactions... Leur utilisation requière une certaine vigilance de la part du consommateur.
  1. Des effets secondaires
  2. Attention aux interactions

Des effets secondaires

Il est coutume d'imaginer que tout ce qui provient de la nature est sans danger et peut être utilisé en toute tranquillité, sans précaution aucune. Hors, il n'en est rien. Certaines plantes vendues dans le commerce contiennent des composants particulièrement actifs, pouvant aller jusqu'à se révéler toxiques ou tout au moins provoquer des effets secondaires chez l'utilisateur peu regardant. Par exemple, l'aubépine pourrait, en cas de surdosage, provoquer des palpitations, des maux de tête ou encore des bouffées de chaleur. Elle est, en outre, déconseillée aux femmes enceintes. En aromathérapie (branche de la phytothérapie), certaines huiles essentielles ne doivent pas être appliquées sur la peau avant une exposition au soleil car elles sont photosensibilisantes et peuvent donc provoquer des lésions cutanées. C'est le cas notamment des huiles essentielles appartenant à la famille des Citrus : pamplemousse, orange amère, mandarine etc.

Attention aux interactions

Si les plantes peuvent provoquer des effets secondaires lorsqu'elles sont prises à mauvais escient, elles peuvent également, dans les cas d'un traitement médicamenteux, provoquer des interactions c'est à dire une augmentation des effets indésirables ou bien la perte d'efficacité de l'un des deux médicaments, voire des deux. Saviez-vous par exemple que le millepertuis peut interagir avec une pilule contraceptive et lui faire perdre ses propriétés ? Le Ginkgo biloba pourrait quant à lui interagir avec des anti-coagulants. Dans certains cas, les interactions médicamenteuses, y compris avec la phytothérapie peuvent s'avérer graves, tout particulièrement pour les personnes fragiles comme les enfants et les personnes âgées. Aussi, est-il important de ne pas faire usage de plantes ou de produits à base de plantes sans avoir pris l'avis d'un médecin auparavant, surtout si vous suivez un traitement médicamenteux.

Demander l'avis d'un spécialiste

Aujourd'hui, on trouve des produits de phytothérapie un peu partout : à la pharmacie, chez l'herboriste mais aussi dans la plupart des grandes surfaces et sur internet. Dans la majorité des cas, les personnes utilisant la phytothérapie ont recours à l'auto-médication. Or, ce n'est parce ces produits sont vendus librement et sans ordonnance qu'il faut les utiliser sans prendre de précautions. Pour obtenir des conseils, vous pouvez vous adresser à votre pharmacien qui saura vous recommander une plante plutôt qu'une autre pour un problème donné. Mais si les pharmaciens sont souvent de bons conseilleurs, ils ne sont pas forcément au courant d'un éventuel traitement médicamenteux que vous pourriez être en train de suivre. L'idéal est donc de demander à son médecin généraliste si la plante que vous pensiez prendre est compatible avec votre traitement actuel. Inversement, lorsque votre médecin vous prescrit un médicament, n'oubliez pas de lui signaler tout traitement en phytothérapie, et ce, même s'il n'est pas spécialisé dans le domaine.